Hassan Diab Government [IMF Negotiations Officially Underway]

  • Advertisement
  • Dark Angel

    Dark Angel

    Legendary Member
    Representing a Free Christian will
    i hear people attacking bassil and i honestly wonder why on earth do they hate this guy so much?

    they no longer have problems with criminals, murderers, thieves, war lords, militias, ze3ran, it is all about bassil now.

    they don't even have problems with the people who actively hinder the electricity projects, the dams etc..

    hardcore LF and marada supporters are excused, but what excuse do normal human beings have? in particular when they are surrounded by beasts who never really miss an opportunity to tear them to pieces. there is no rational answer to why people have turned bassil into a scapegoat other than being very gullible with a short memory span, and not rooted in the reality we live in.
     
    Walidos

    Walidos

    Legendary Member
    Orange Room Supporter
    Not intra party quarreling, Aoun is telling the government to act but he is not part of the revising the numbers.
    Deciding what the lost numbers are is key to what haircut is to be taken who gets the haircut, According to Kanaan the government is underestimating the loss so that the haircut could be bigger on small investors and he does not agree with it. It is probably true that the government might be sleeping with the bankers as people are Maurice Sehnaoui are advising the government on what to do, it is not like he is a third party, there is conflict of interest when a banker advices the government on how much his haircut will be.
    It is true the president is pushing the government but these numbers are key for any future solution and what the IMF will give if they give any.
    I think it’s the other way around. The government is wanting to default on all loans, Parliament is proposing they don’t default on loans not yet due (Due date 2027 Onwards). This does indeed reduce the support of the IMF and hence the short(er) term pain on the public, but not the right call in my view.
     
    Walidos

    Walidos

    Legendary Member
    Orange Room Supporter
    this is why we need to conduct an audit, because the numbers are all over the place and at the moment instead of being factual, they are a point of view that changes with how the involved entities are computing them. kanaan is working with three different entities; the government, BDL, and the bankers association.

    kanaan for some reason presented an over-dramatized performance that was really uncalled for, he was all worked up and very defensive, something that does not really bode well for him or for everyone else for that matter. i appreciate the work that kanaan is doing, but why the drama? just announce your numbers, make your case, and go home. ma ken na2so ella yodrob 7aydar in the press conference, that was all useless and only served to further deplete the nerves of the people who were hoping he would add some sanity to the chaos. he literally reminded me of george costanza arguing his T-Bone nickname.


    still too early to read into this weird behavior, in particular in the animosity towards the government that was really uncalled for, and i hope this could simply be attributed to the putrid Lebanese gene pool and nothing more.
    Didn’t see the the press conference, I have a feeling it is animosity against the minister of finance rather than the government... and it seems the same kind of “anger” that resulted in Alain Biffani resigning... albeit kanaan and Biffani have a different position vis a vis the plan - at least from what I read
     
    Dark Angel

    Dark Angel

    Legendary Member
    Didn’t see the the press conference, I have a feeling it is animosity against the minister of finance rather than the government... and it seems the same kind of “anger” that resulted in Alain Biffani resigning... albeit kanaan and Biffani have a different position vis a vis the plan - at least from what I read
    it should have been better orchestrated, regardless of kanaan's position, clearly and calmly stating the fact is always the best approach in these situations, a visual presentation would have also helped, stating numbers for half an hour does not really stick in the audience's mind.

    i honestly have no clue what's going or whose numbers are more correct, but the impression i got is that biffani's approach was calmer and more objective.
     
    Iron Maiden

    Iron Maiden

    Paragon of Bacon
    Orange Room Supporter
    can't wait to see the next elections, if they ever happen

    bassil won a majority last elections because of aoun's election and allies

    the effects of which are all gone now

    it will be a race between hariri and bassil to see who is the least liked in his sect
    tayyar will lose votes but its nothing like the catastrophic scenarios some people are imagining, especially if gma is still alive.
    the sectarian side of things is very underestimated and the fear/hate that the communities feel towards each other is far bigger than it looks like.

    so ma tsenn ktir snenak 3ala fpm or fm or anal or any other party.
     
    V

    vicking747

    New Member
    i hear people attacking bassil and i honestly wonder why on earth do they hate this guy so much?

    they no longer have problems with criminals, murderers, thieves, war lords, militias, ze3ran, it is all about bassil now.

    they don't even have problems with the people who actively hinder the electricity projects, the dams etc..

    hardcore LF and marada supporters are excused, but what excuse do normal human beings have? in particular when they are surrounded by beasts who never really miss an opportunity to tear them to pieces. there is no rational answer to why people have turned bassil into a scapegoat other than being very gullible with a short memory span, and not rooted in the reality we live in.
    i truly think that people on the streets hate whomever is asking Syrian refugees to leave and in a more general term these are the same guys cursing the National Pact. They are fanatic who have a real hate against Christians I was shocked by all the religious chants in Tripoli few months back, it is full of hate against the current sectarian system that gives half to Christians. This is the real issue
     
    V

    vicking747

    New Member
    tayyar will lose votes but its nothing like the catastrophic scenarios some people are imagining, especially if gma is still alive.
    the sectarian side of things is very underestimated and the fear/hate that the communities feel towards each other is far bigger than it looks like.

    so ma tsenn ktir snenak 3ala fpm or fm or anal or any other party.
    HA will not lose. Amal will lose 50% of their base as no more jobs nor money for them as they used to live by taking state salaries.
    FM will lose a lot as people will probably go for other parties.
    LF will win some, Kataeb remains neutral and FPM will lose some but not huge. Franjieh will
    Next chamber will look the same than this one regardless the law.
    The issue for FPM is that a lot of voters may have traveled
    Next chamber will look the same than this one regardless the law.
     
    V

    Viral

    Member
    remind me again, what is bassil's crime?
    Since you're asking…


    He is not a warlord who killed the Lebanese people from all sects including his own.

    He doesn’t own local militias financed by foreign countries.

    He doesn’t take orders from embassies neither does he ask them to help him starve and destroy people’s lives in his country.

    He does not belong to the mafia club that destroyed the country for 15 years civil war then looted its wealth for the following 30 years and used BDL as their proxy and kept it in the dark all those years.

    He did not invite and begged the Syrians and Israelis to invade Lebanon and humiliate its people.

    He did not commit massacres against innocent women and children.


    He did not assassinate Lebanon's army personnel, political figures and murdered their families and little children in their homes.

    He is not a divisive figure that promotes hatred among sects.

    He supported the resistance with dignity and his head held high.

    He disclosed all his finances voluntarily to the public and asked others to do the same.

    He insisted on forensic audits and took the initiative to make Berri get the message loud and clear.

    He dared calling Berri Baltagi

    He dared saying NO to Pompeo for Lebanon’s role in the deal of the century by refusing the bribe and reward that would guarantee him the next Presidency as GMA did before him and didn’t mind paying the price of exile.

    He insisted on negotiating with the Syrian authorities for the return of 1.5 million refugees.

    He opposed the will of the whole world by rejecting the Palestinians naturalization.

    He insisted on exploring and protecting Lebanon’s oil and gas resources

    He is honest, educated, dynamic and super smart.

    And above it all, his father in-law is GMA and refuses to betray him. How can you forgive him for all those crimes?



    See, by now, if we have to ask them your question we already know in advance we are addressing low life crawling traitors or complete morons.


    Traitors you can’t help; it is a genetic disease but morons might be able to wake up if they get hungry enough in time before they pass out…
     
    V

    vicking747

    New Member
    THIS IS AN AMAZING SUMMARY. I hope most of you speak and understand French




    Vers une reprise des négociations avec le FMI alors que certaines sources estiment le Liban dans le déni

    Publicité
    Le Logo du Fonds Monétaire International (FMI)

    Le Logo du Fonds Monétaire International (FMI)
    Les négociations entre Fonds Monétaire International et autorités libanaises devraient reprendre ce vendredi après avoir été momentanément interrompues en raison de différends au sein même de la délégation libanaise sur le chiffrage des pertes du secteur financier.
    De source médiatique, on indique que le 17ème round de négociation devrait se tenir à partir de 16 heures ce vendredi. Au menu des discussions, le dossier du secteur de l’électricité publique qui coûte près de 2 milliards de dollars de subvention annuellement.
    Cette réunion devrait se tenir en présence du Ministre des Finances Ghazni Wazni, du ministre de l’Energie et des Ressources Hydrauliques Raymond Ghajar, un membre du comité de contrôle des banques Marwan MiKhael et des conseillers du secteur de l’énergie.
    Le Liban s’enfoncera encore plus dans la crise sans l’aide du FMI
    Alors que la situation économique actuelle du Liban continue à se dégrader, avec des milliers de personnes qui se retrouvent sans emploi et que la valeur de la Livre Libanaise continue à se dégrader sur les marchés parallèles, certaines sources indiquent que le FMI aurait demandé à suspendre les négociations jusqu’à aujourd’hui en raison du manque d’unicité au niveau du chiffrage des pertes du secteur financier.
    Certaines sources indiquent que les négociateurs du FMI n’ont pas senti que leurs homologues libanais estimaient la situation libanaise sérieuse et que les partis politiques libanais tentaient de négocier en fonction d’intérêts personnels et non dans l’intérêt du pays.

    Il s’agit notamment de l’implication de certains parties prenantes dans ce qui est communément appelé “la mafia des générateurs” qui souhaitaient maintenir leurs activités parallèles. L’audit de la Banque du Liban ainsi que de ses filiales pose également problème, notent ces mêmes sources, indiquant qu’un système de sur-facturation de certains postes de dépense aurait été mis en place.
    Ces mêmes sources notent que certains responsables mis en cause seraient sensés être nommés à des postes sensibles comme celui lié à la gérance des fonds détournés récupérés. Cette personne figurerait dans les conseils d’administration de plusieurs établissements publics et serait un proche d’un haut responsable local.

    Par ailleurs, le chiffrage des pertes de la Banque du Liban, estimé à hauteur de 241 000 milliards de livres libanaises au taux de change de 3 500 LL/USD par le gouvernement libanais et confirmé par le FMI, a également été mis en cause par un comité parlementaire qui les estime à seulement 81 000 milliards de livres libanaises au taux de change de 1 500 LL/USD, sur fond de conflits d’intérêts entre classe politique et intérêt public.
    Devant ces difficultés, certaines sources indiquent que le 16ème round des négociations entre FMI et autorités libanaises se serait conclu par un constat d’échec par les représentants du FMI, qui auraient fait part de incompréhension face à l’attitude de certains parties prenantes libanaises plutôt préoccupées par leurs intérêts personnels que l’intérêt public, sur fond de démission de 2 représentants de la partie locale.

    Aussi, certaines sources indiquent que ces intérêts seraient prêts à plutôt laisser la population libanaise “crever de faim” pour en reprendre les termes plutôt que de permettre à ce que soit exposée l’incompétence des établissements bancaires qui ont investi dans des produits financiers défectueux d’une part et les détournements de fonds dont les hommes politiques seraient aussi responsables.
    Des sources étrangères indiquent que l’audit détaillé de la Banque du Liban est une condition sine qua non pour l’obtention d’une assistance financière internationale, mais que cet audit pourrait amener à ce que de nombreuses anomalies soient exposées, amenant même certains responsables politiques locaux devant la justice.

    Certaines sources indiquent que les personnes exposées politiquement détiendraient 43% des actions des banques, alors que le plan de sauvetage du gouvernement Hassan Diab prévoit un approvisionnement à la totalité du capital des actionnaires existants des banques pour combler les pertes du secteur bancaire privé.
    Autre demande du FMI, l’instauration d’un contrôle des capitaux officiel, pourrait être facilité les démarches visant à amoindrir l’impact de la crise économique sur les entreprises et donc sur le marché de l’emploi et la mise en place d’un système de change flottant.
    Aucune alternative au FMI alors que les plans de l’ABL et de chiffrage du Parlement sont mis en cause par l’institution internationale
    Des sources proches de l’institution notent que seul le plan de sauvetage est pris en compte par le FMI, notant que le plan de l’Association des Banques du Liban qui consiste à couvrir les pertes du secteur bancaire privé sur des biens publics constitue “le scénario du pire”, puisqu’il s’agirait alors de vendre ces biens sans garantie à ce que les réformes nécessaires puissent être menées.
    Aussi, l’état libanais serait dépouillé de ses biens, ce qui pourrait même encore aggraver la situation financière du Liban dans un proche avenir.

    Certaines sources indiquent que l’ABL espérait ainsi obtenir via ses relais politiques présents au Parlement, la mise en cause du plan de sauvetage voire même la chute du gouvernement Hassan Diad et la nomination de l’Ancien Premier Ministre Saad Hariri afin d’obtenir une assistance financière de l’Arabie Saoudite et ainsi échapper à la restructuration du système bancaire et de la Banque du Liban. Ces mêmes sources indiquent ainsi que certains de ces intérêts seraient à l’origine de la hausse de la valeur du dollar face à la livre libanaise. Il s’agissait de mettre la pression sur les autorités politiques et ainsi amener à une instabilité politique préalable à un changement de gouvernement.
    Cependant, l’Arabie Saoudite et les états de la péninsule arabique ont également conditionné leurs aides financières à l’obtention du programme d’assistance financière du FMI, ce qui a mis fin à ce plan.
    Des sources proches du dossier estiment aujourd’hui, le Liban en état d’effondrement économique, à l’image de la Livre Libanaise, ce que les autorités officielles et certains intérêts privés refusent d’admettre de peur de perdre leurs avantages acquis.

    Il est hors de questions, indiquent certaines sources occidentales, de voir des fonds européens, arabes ou autres servir pour financer certains hommes politiques libanais.
    Cette information intervient alors qu’un rapport de la Bank of America prévoit plusieurs scénarios quant à la valeur de la livre libanaise, avec un taux de parité réel s’étalant de 10 000 LL/USD à 46 000 LL/USD dépendant de la vélocité monétaire, largement impactée par les mesures de contrôle de capitaux instaurées unilatéralement par les Banques Libanaises, en novembre 2019.
     
    Danny Z

    Danny Z

    Legendary Member
    THIS IS AN AMAZING SUMMARY. I hope most of you speak and understand French




    Vers une reprise des négociations avec le FMI alors que certaines sources estiment le Liban dans le déni

    Publicité
    Le Logo du Fonds Monétaire International (FMI)

    Le Logo du Fonds Monétaire International (FMI)
    Les négociations entre Fonds Monétaire International et autorités libanaises devraient reprendre ce vendredi après avoir été momentanément interrompues en raison de différends au sein même de la délégation libanaise sur le chiffrage des pertes du secteur financier.
    De source médiatique, on indique que le 17ème round de négociation devrait se tenir à partir de 16 heures ce vendredi. Au menu des discussions, le dossier du secteur de l’électricité publique qui coûte près de 2 milliards de dollars de subvention annuellement.
    Cette réunion devrait se tenir en présence du Ministre des Finances Ghazni Wazni, du ministre de l’Energie et des Ressources Hydrauliques Raymond Ghajar, un membre du comité de contrôle des banques Marwan MiKhael et des conseillers du secteur de l’énergie.
    Le Liban s’enfoncera encore plus dans la crise sans l’aide du FMI
    Alors que la situation économique actuelle du Liban continue à se dégrader, avec des milliers de personnes qui se retrouvent sans emploi et que la valeur de la Livre Libanaise continue à se dégrader sur les marchés parallèles, certaines sources indiquent que le FMI aurait demandé à suspendre les négociations jusqu’à aujourd’hui en raison du manque d’unicité au niveau du chiffrage des pertes du secteur financier.
    Certaines sources indiquent que les négociateurs du FMI n’ont pas senti que leurs homologues libanais estimaient la situation libanaise sérieuse et que les partis politiques libanais tentaient de négocier en fonction d’intérêts personnels et non dans l’intérêt du pays.

    Il s’agit notamment de l’implication de certains parties prenantes dans ce qui est communément appelé “la mafia des générateurs” qui souhaitaient maintenir leurs activités parallèles. L’audit de la Banque du Liban ainsi que de ses filiales pose également problème, notent ces mêmes sources, indiquant qu’un système de sur-facturation de certains postes de dépense aurait été mis en place.
    Ces mêmes sources notent que certains responsables mis en cause seraient sensés être nommés à des postes sensibles comme celui lié à la gérance des fonds détournés récupérés. Cette personne figurerait dans les conseils d’administration de plusieurs établissements publics et serait un proche d’un haut responsable local.

    Par ailleurs, le chiffrage des pertes de la Banque du Liban, estimé à hauteur de 241 000 milliards de livres libanaises au taux de change de 3 500 LL/USD par le gouvernement libanais et confirmé par le FMI, a également été mis en cause par un comité parlementaire qui les estime à seulement 81 000 milliards de livres libanaises au taux de change de 1 500 LL/USD, sur fond de conflits d’intérêts entre classe politique et intérêt public.
    Devant ces difficultés, certaines sources indiquent que le 16ème round des négociations entre FMI et autorités libanaises se serait conclu par un constat d’échec par les représentants du FMI, qui auraient fait part de incompréhension face à l’attitude de certains parties prenantes libanaises plutôt préoccupées par leurs intérêts personnels que l’intérêt public, sur fond de démission de 2 représentants de la partie locale.

    Aussi, certaines sources indiquent que ces intérêts seraient prêts à plutôt laisser la population libanaise “crever de faim” pour en reprendre les termes plutôt que de permettre à ce que soit exposée l’incompétence des établissements bancaires qui ont investi dans des produits financiers défectueux d’une part et les détournements de fonds dont les hommes politiques seraient aussi responsables.
    Des sources étrangères indiquent que l’audit détaillé de la Banque du Liban est une condition sine qua non pour l’obtention d’une assistance financière internationale, mais que cet audit pourrait amener à ce que de nombreuses anomalies soient exposées, amenant même certains responsables politiques locaux devant la justice.

    Certaines sources indiquent que les personnes exposées politiquement détiendraient 43% des actions des banques, alors que le plan de sauvetage du gouvernement Hassan Diab prévoit un approvisionnement à la totalité du capital des actionnaires existants des banques pour combler les pertes du secteur bancaire privé.
    Autre demande du FMI, l’instauration d’un contrôle des capitaux officiel, pourrait être facilité les démarches visant à amoindrir l’impact de la crise économique sur les entreprises et donc sur le marché de l’emploi et la mise en place d’un système de change flottant.
    Aucune alternative au FMI alors que les plans de l’ABL et de chiffrage du Parlement sont mis en cause par l’institution internationale
    Des sources proches de l’institution notent que seul le plan de sauvetage est pris en compte par le FMI, notant que le plan de l’Association des Banques du Liban qui consiste à couvrir les pertes du secteur bancaire privé sur des biens publics constitue “le scénario du pire”, puisqu’il s’agirait alors de vendre ces biens sans garantie à ce que les réformes nécessaires puissent être menées.
    Aussi, l’état libanais serait dépouillé de ses biens, ce qui pourrait même encore aggraver la situation financière du Liban dans un proche avenir.

    Certaines sources indiquent que l’ABL espérait ainsi obtenir via ses relais politiques présents au Parlement, la mise en cause du plan de sauvetage voire même la chute du gouvernement Hassan Diad et la nomination de l’Ancien Premier Ministre Saad Hariri afin d’obtenir une assistance financière de l’Arabie Saoudite et ainsi échapper à la restructuration du système bancaire et de la Banque du Liban. Ces mêmes sources indiquent ainsi que certains de ces intérêts seraient à l’origine de la hausse de la valeur du dollar face à la livre libanaise. Il s’agissait de mettre la pression sur les autorités politiques et ainsi amener à une instabilité politique préalable à un changement de gouvernement.
    Cependant, l’Arabie Saoudite et les états de la péninsule arabique ont également conditionné leurs aides financières à l’obtention du programme d’assistance financière du FMI, ce qui a mis fin à ce plan.
    Des sources proches du dossier estiment aujourd’hui, le Liban en état d’effondrement économique, à l’image de la Livre Libanaise, ce que les autorités officielles et certains intérêts privés refusent d’admettre de peur de perdre leurs avantages acquis.

    Il est hors de questions, indiquent certaines sources occidentales, de voir des fonds européens, arabes ou autres servir pour financer certains hommes politiques libanais.
    Cette information intervient alors qu’un rapport de la Bank of America prévoit plusieurs scénarios quant à la valeur de la livre libanaise, avec un taux de parité réel s’étalant de 10 000 LL/USD à 46 000 LL/USD dépendant de la vélocité monétaire, largement impactée par les mesures de contrôle de capitaux instaurées unilatéralement par les Banques Libanaises, en novembre 2019.
    So who’s the clulprit? Lejnet el mel or the government ?
     
    Muki

    Muki

    Legendary Member
    Orange Room Supporter
    tayyar will lose votes but its nothing like the catastrophic scenarios some people are imagining, especially if gma is still alive.
    the sectarian side of things is very underestimated and the fear/hate that the communities feel towards each other is far bigger than it looks like.

    so ma tsenn ktir snenak 3ala fpm or fm or anal or any other party.
    That's ok dear.
    القوات اللبنانية كانت وما زالت مؤسسة نحو المستقبل

    We can wait. That holds true whether Lebanon continues to exist or ceases to. It remains to be seen whether you and your allies will succeed in destroying Lebanon.
     
    Orangina

    Orangina

    Legendary Member
    That's ok dear.
    القوات اللبنانية كانت وما زالت مؤسسة نحو المستقبل

    We can wait. That holds true whether Lebanon continues to exist or ceases to. It remains to be seen whether you and your allies will succeed in destroying Lebanon.
    ولك روح
     
    Iron Maiden

    Iron Maiden

    Paragon of Bacon
    Orange Room Supporter
    That's ok dear.
    القوات اللبنانية كانت وما زالت مؤسسة نحو المستقبل

    We can wait. That holds true whether Lebanon continues to exist or ceases to. It remains to be seen whether you and your allies will succeed in destroying Lebanon.
    thank you dear, we’ll do our best 😘
     
    Top