Qatar investing in French deprived area...

elias-aj

Legendary Member
Le Qatar va aider les banlieues françaises pauvres

25/09/2012

Le Qatar va aider les banlieues françaises pauvres à créer des entreprises en contribuant à un fonds approuvé par le nouveau gouvernement socialiste.
L’ةtat français, qui espère trouver des partenaires privés, entend au moins doubler la mise initiale prévue de 50 millions pour arriver à 100 millions d’euros, selon une décision du ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, annoncée par le journal Libération et confirmée hier à Reuters par l’entourage du ministre.

Le gouvernement de gauche concrétise donc, en le modifiant, un projet lancé sous Nicolas Sarkozy fin 2011 mais mis en sommeil à l’approche de la campagne électorale, sous la pression de l’extrême droite qui en faisait un cheval de bataille en dénonçant un supposé risque « d’islamisation ».
Il n’y a pas encore de calendrier, dit-on dans l’entourage d’Arnaud Montebourg, qui met en avant « une approche moins exclusive » qu’une simple aide aux banlieues car le fonds visera aussi les zones rurales.
« L’approche, ce sont les territoires déshérités. C’est vrai que les quartiers ont un vrai retard d’investissement, qui est en désaccord avec l’énergie qui en émane », explique-t-on.

Cette démarche du Qatar, même si elle est plus ou moins diluée par un argent d’origine différente, est une nouvelle démonstration de l’émergence dans la vie économique et publique française et européenne de cet ةtat du Golfe, grand comme une province française mais aux moyens financiers quasi illimités.
Il détient via des fonds souverains des parts dans Lagardère, Vivendi, Vinci, Veolia, Total, ou LVMH et possède de nombreux hôtels de luxe. Il a acquis une grande partie des droits de retransmission du championnat de Ligue 1 de football avec ses chaînes beINsport et a racheté le club du Paris Saint-Germain, le dotant d’une pléiade de stars à coups de millions.
Au plan diplomatique, il a appuyé la France et ses alliés dans l’intervention militaire qui a abouti au renversement du régime du colonel Kadhafi en Libye. Plus mesurées que sous Nicolas Sarkozy, les relations entre le Qatar et la France restent cordiales avec François Hollande, avec de premières rencontres à haut niveau en juin dernier.

Des projets en attente

L’action du Qatar dans les banlieues françaises viserait à relancer l’activité dans des secteurs touchés par le chômage de masse, qui y dépasse souvent les 40 %, la délinquance et notamment le trafic de drogue, les problèmes d’urbanisme et de logement.Ce secteur est un point chaud de la vie du pays, en particulier depuis l’automne 2005 quand la mort de deux adolescents à Clichy-sous-Bois, près de Paris, avait provoqué une vague d’émeutes urbaines dans tout le pays.

Kamel Hamza, conseiller municipal UMP à La Courneuve et président de l’Association nationale des élus locaux pour la diversité (Aneld), promotrice de ce projet, estime que ce fonds va aider des initiatives paralysées par l’absence de crédit bancaire.
« Cela s’applique uniquement à la création d’entreprise. Suite à l’annonce (de fin 2011), on a été contactés par pas mal de porteurs de projets (...) qui ont déjà sorti un “business plan” », a-t-il dit à Reuters. « C’est plutôt une bonne nouvelle que le gouvernement mette de l’argent. اa permet de répondre aux détracteurs. »
Il a ajouté que le fonds s’adresserait non seulement aux banlieues, mais aux zones rurales défavorisées, selon ce qu’Arnaud Montebourg leur a dit.
Pour l’élu UMP, cette démarche du Qatar montre une chose : « Les pays étrangers ont bien compris que l’avenir de la France se faisait dans nos banlieues. »

Marine Le Pen, présidente du Front national arrivée en troisième position à l’élection présidentielle, s’en est prise de longue date à l’émergence du Qatar en France, qu’elle voit comme une stratégie de développement de l’islamisme.
« Le Qatar prend des positions qui sont dangereuses pour notre indépendance nationale », avait-elle ainsi dit lors d’une émission de la chaîne de télévision M6 sur le sujet en février.
« Je le dis très solennellement, ces gens sont des soutiens financiers des fondamentalistes islamiques, des fous de la charia », avait-elle ajouté.

(Source : Reuters)

Le Qatar va aider les banlieues françaises pauvres | ہ La Une | L'Orient-Le Jour

---------------------------------------------------------------------

Both the UMP and the PS, the two main political parties in France, seem to have totally lost their minds. Instead of trying to restore the public order in the deprived areas and creating tools for economic and social development so to help people living there integrating into the french society, they're inviting Qatar to invest and pour money...

As if the drug issues weren't enough (some places in Marseille for instance have become Europe's drug Mall...), the deprived areas have already to deal with the presence of religious extremists that, in the absence of the State, are quietly developping and spreading. And now, they're letting in Qatar investing there.

These idiots seem to think that they'll be able to control the funds, their use etc. while the only fact that the funds are of foreign origins will be enough to sanction in the eyes of the people, the capitulation of the State. Poor people, the State abandonned you and let your neighbourhoods be invaded by drug dealers and criminals...and let the order be restored by religious extremists and financial aids provided by Qatar.

Worse, the only voice we hear is the one of Marine Le Pen who's leading an extreme-right party. The UMP and the PS are consciously or not building a ticking bomb that soon enough will be ready to explode.
 

Abou Sandal

Legendary Member
Orange Room Supporter
[FIELDSET="Le Qatar, investisseur tous azimuts en France"]


Le Qatar, investisseur tous azimuts en France

Mis en ligne le 24 septembre 2012 à 16h10, mis à jour le 24 septembre 2012 à 16h23


Des médias aux banlieues en passant par l'immobilier et le sport, le Qatar multiplie ses investissements en France. L'émirat, dont l'économie est basée sur ses gisements de gaz, désire ainsi se diversifier.




Dans les banlieues,

Le Qatar vient de recevoir le feu vert du ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, pour le lancement d'un fonds également financé par des fonds privés français.

Dans les médias,

Qatar Holding, une des branches d'investissement du fonds souverain Qatar Investment Autority (QIA), a porté à 12,83% sa participation au capital du groupe Lagardère et a franchi la barre des 10% des droits de vote, selon un avis de l'AMF.
Le fonds, qui se réserve la possibilité d'augmenter encore sa participation dans le groupe de médias sans en prendre le contrôle, envisage de demander à siéger au conseil de surveillance de Lagardère, qui détient 7,5% du groupe d'aéronautique et de défense EADS.
Le fonds a également porté début 2012 à 2% sa participation dans le groupe de télécoms et d'investissement Vivendi, dont il avait déjà acquis 1,5% courant 2011.

Dans l'industrie,

Le Qatar possède un peu plus de 5,5% du capital de Vinci, ce qui en fait le deuxième actionnaire du numéro un mondial du BTP et des concessions derrière les salariés.
Il détient un peu moins de 5% du capital de Véolia Environnement, ce qui en fait l'un des cinq premiers investisseurs du groupe de services collectifs.
Le quotidien Les Echos a écrit à la mi-mars que le Qatar était devenu le troisième actionnaire du groupe Total en acquérant depuis l'été dernier 2% du capital. Le groupe pétrolier n'a pas confirmé, mais la porte-parole du gouvernement, Valérie Pécresse, a dit que le Qatar n'avait pas de pouvoir de décision au sein de Total avec 2% du capital du groupe pétrolier.

Dans le luxe,

Le Qatar est devenu l'an dernier actionnaire de LVMH en acquérant 1% du capital, selon le document de référence du numéro un mondial du luxe.
Qatar Luxugy Group contrôle également le maroquinier le Tanneur.

Dans les sports,

Le Qatar, qui organisera la Coupe du monde de football en 2022, a fait une entrée fracassante sur le marché français des droits TV. La Ligue de football professionnel (LFP) a attribué en février au groupe qatari Al Djazira une partie de droits de la Ligue 1 de football pour la période 2012-2016 après le retrait d'Orange de ce marché.
Et Qatar Sports Investments a racheté la participation de 30% qu'il restait à Colony Capital dans le Paris Saint-Germain, concluant ainsi sa prise de contrôle du club de football.

Dans l'immobilier,

L'émirat possède l'hôtel Royal Monceau à Paris et est actionnaire minoritaire de la Société fermière du Casino de Cannes, qui exploite le Gray d'Albion et le Majestic.
La banque centrale du Qatar est propriétaire de la galerie commerciale Elysées 26, sur les Champs-Elysées, un immeuble qui comporte également des bureaux et des logements.

Le Qatar, investisseur tous azimuts en France - Economie - TF1 News[/FIELDSET]
 

Abou Sandal

Legendary Member
Orange Room Supporter
[FIELDSET="Le Pen : le fonds qatari, un "cheval de Troie de l'islamisme""]


Le Pen : le fonds qatari, un "cheval de Troie de l'islamisme"

Mis en ligne le 24 septembre 2012 à 17h57, mis à jour le 24 septembre 2012 à 18h05


Si l'Etat français a décidé de prendre d'au moins 100 millions d'euros une participation dans le Fonds d'investissement pour les banlieues, le Qatar reste majoritaire.

La présidente du FN, Marine Le Pen, a qualifié de "faute politique majeure" et "de cheval de Troie de l'islamisme" le fonds qatari pour les territoires déshérités sur lequel travaille le ministère du Redressement productif, y voyant aussi une remise en cause de l'"indépendance" nationale. Le ministère a annoncé lundi à l'AFP que ce fonds qatari sera abondé par l'Etat, mais aussi par le privé, sans préciser le montant, alors que Libération parle de 100 millions d'euros.

"Arnaud Montebourg démontre que notre pays est bel et bien à vendre aux monarchies pétrolières qui soutiennent par ailleurs, partout dans le monde, l'islamisme radical et le djihadisme", écrit Marine Le Pen lundi dans un communiqué, titré "le cheval de Troie de l'islamisme". Selon elle, "accepter" ces fonds "est une faute politique majeure qui mettra en cause demain notre indépendance non seulement sur notre territoire national mais aussi dans le cadre de notre politique internationale".

Pour Marine Le Pen, le "choix du Qatar est évidemment lié à la religion très majoritairement musulmane des habitants" des banlieues, alors que le ministère a indiqué lundi que ce fonds irait à "des zones ciblées moins restreintes", évoquant des "territoires déshérités".

Le Pen : le fonds qatari, un "cheval de Troie de l'islamisme" - Politique - TF1 News[/FIELDSET]
 

Oran-gina

Member
Des agences pôle emploi spécialisée en Jihadisme syrien vont voir le jour peut être à Mantes la jolie et co.
 

elias-aj

Legendary Member
Des agences pôle emploi spécialisée en Jihadisme syrien vont voir le jour peut être à Mantes la jolie et co.

Vu le nombre des jihadistes français, que ce soit en Afghanistan, en Irak et maintenant en Syrie, je pense que ce type d'agences existe depuis longtemps.

Et ce n'est pas étonnant, vu la démission complète de l'Etat dans les quartiers pauvres du pays, de constater l'emprise que peuvent avoir les groupes extrêmes, y compris salafistes et jihadistes entre autres, sur beaucoup de personnes.

Les gens ont besoin de repères, de garde-fous, de socialisation. La cellule familiale est pratiquement devenue inexistante sinon attaquée de toutes parts, l'école ne remplit plus sa fonction, l'église (ou la mosquée) ne peut plus pour diverses raisons remplir sa fonction, le service militaire qui permettait de canaliser et resocialiser un tant soit peu la jeunesse n'existe plus... Pour ceux qui n'arrivent pas à se sortir de ces quartiers et de leur environnement, ne reste plus que l'option du désoeuvrement qui mène soit vers l'abandon social, soit vers les activités illicites. Soit un champ grand ouvert aux extrêmistes qui fournissent l'espoir d'une vie meilleure, les repères et garde-fous (doctrine religieuse), la socialisation (on appartient désormais à un groupe bien identifié, entraide sociale, reconnaissance sociale etc.) et... l'endoctrinement fanatique.

Toutes les politiques menées, que ce soit par la gauche ou par la droite, se sont avérées être inutiles, qui plus est coûteuses. Pour résumer, non seulement aucun "coup de karcher" n'a été passé (il y a de moins en moins de policiers et leurs moyens ainsi que leur marge de manoeuvre réelle sont extrêmement limités), mais en plus, aucune politique de réintroduction et de renforcement de l'éducation et de la prévention n'a été menée. On s'est borné à dilapider de l'argent public, à coups de dizaines et dizaines de milliards d'Euros, sous des appellations "sexy", et pour rien...si, enrichir les BTP et les fournisseurs de services et produits inutiles à ce stade.

Et là, on laisse rentrer le Qatar, avec les risques que cela comporte, et pourquoi pas demain l'Arabie Saoudite, voire un autre pays étranger - US ? Chine ?

Il serait temps que la France se réveille et arrête de se morfondre dans son petit confort...ça pue la chute de l'Empire Romain, toutes proportions gardées.
 

Oran-gina

Member
Ils veulent aussi ouvrir les portes pour les banques islamiques pour injecter des fonds venant des pétro-dollars dans l'économie mais n'ont pas trouvé encore comment contourner les lois sur la laïcité ..
 

elias-aj

Legendary Member
Ils veulent aussi ouvrir les portes pour les banques islamiques pour injecter des fonds venant des pétro-dollars dans l'économie mais n'ont pas trouvé encore comment contourner les lois sur la laïcité ..

L'enjeu est monumental en termes de capitaux à capter et la problématique se situe à plusieurs niveaux - adaptation du droit bancaire et financier, adaptation surtout du droit fiscal français (mais des instructions fiscales sont déjà parues depuis quelques années...).

En soi, il n'y rien de particulièrement scandaleux dans l'adaptation du cadre juridique et fiscal à la pratique de la finance islamique - la particularité est que les produits financiers commercialisés doivent être "charia - compatibles" et en substance, contourner le principe de prohibition de l'intérêt. Beaucoup de mécanismes mis en place (mousharaka par ex.) ressemblent peu ou prou aux mécanismes qui avaient été mis en place il y a des siècles en Europe pour contourner le même principe de prohibition de l'intérêt imposé par l'Eglise (d'où le développement des sociétés commerciales).

Que des musulmans souhaitent investir et réaliser des opérations financières, tout en respectant les principes du Coran, ne me gêne absolument pas. Au contraire, la France accuse un certain retard en ce domaine et un manque à gagner, en termes d'investissements, gigantesque (on parle de centaines, voire à terme de milliers de milliards de dollars).

En revanche, ce qui importe est le contrôle des flux financier et leur emploi (contrôle des secteurs où l'investissement est permis, identité des investisseurs etc.).
 
Top